K-Way

«Toute idée qui a de grandes conséquences est toujours une idée simple." Lev Tolstoï

En 1965, Léon-Claude Duhamel invente le premier K-Way qui va révolutionner la vie des français.

«Un jour, j'ai eu un rendez-vous à Paris. Et je l'attendais au Café de la Paix. Le temps était incertain, j'étais assis dehors et j'ai vu une femme avec deux enfants passer devant moi. Les deux enfants portaient des vêtements en nylon rouge. Quelque chose d'original que je n'avais jamais vu auparavant. J'ai pris mon carnet et j’ai écrit : vêtements en nylon rouge.

Un jour, j'y ai repensé, fouillé dans mes notes et je me disais que je devais faire quelque chose.»

Enfermé dans l'arrière-boutique de son père, il a produit un modèle destiné à devenir une célébrité: une veste simple, faite de nylon, colorée, imperméable et unisexe. Le succès est tout de suite au rendez-vous avec 45 millions d’unités vendues entre 1965 et 1992.

Mais un incendie au sein de l’usine en 1992 marque la chute de la marque.

Racheté en 1992 par Pirelii, en 1996, par la banque italienne Sopaf, la marque appartient à présent (2004) au groupe italien : Basic Net.

Pourquoi le nom K-Way? « L'agent de publicité voulait un nom américain. Nous avons voulu faire croire qu'il s'agissait d'un produit américain tout droit venu des États-Unis. » « En cas de » est devenu alors K-Way.

D’où vient la banane? « A l'époque, il y avait une poche à l'avant. En le manipulant, je l'ai rentré dedans. De là m’est venu l'idée. »

Liberté, tel est le concept du K-Way, être libre pour se déplacer « en cas de pluie »

Aujourd’hui, retour aux sources pour le K-Way qui fait sa réapparition en France. Nouveau style, nouvelles matières, nouveaux imprimés. Mais toujours aussi coloré, intelligent, pratique et fun, le célèbre coupe-vent n’a pas fini de faire parler de lui !


www.k-way.fr